Fenêtre sur cour

Neuf

Affiche française de Roger Soubie. 

Plus de détails

En stock

  • Tirage photo*
    contrecollé
    sur aluminium
    + châssis

    60x80 cm

    Edition limitée à
    500 exemplaires

    A partir de 240 €


  • Tirage photo*
    contrecollé
    sur aluminium
    + châssis

    100x133 cm

    Edition limitée à
    250 exemplaires

    A partir de 565 €


  • Tirage photo*
    contrecollé
    sur aluminium
    + châssis

    120x160 cm

    Edition limitée à
    150 exemplaires

    A partir de 845 €


  • Sans
  • Avec
  • Sans
  • Avec

240 € TTC

*Papier photo argentique (Tirage par insolation)

Les « éditions libres » sont disponibles en galerie.
Livraison : 2 à 5 jours.

Les « éditions limitées » sont éditées à la commande.
Délai de disponibilité en galerie : 1 semaine.
Livraison : Prévoir 1 semaine supplémentaire.

Nous vous invitons à nous contacter pour toute demande particulière.

Fiche technique

Propriétés Robe colorée
Genre Drame
Couleur Noir & Blanc
Orientation Vertical

Quelques informations

Film américain de Alfred Hitchcock (titre original : Rear Window) sorti en 1955
Avec : James Stewart, Grace Kelly, Wendell Corey.


L'INTRIGUE

LB Jefferies, reporter photographe, est immobilisé chez lui après un accident. Cloué à son fauteuil, il s’ennuie profondément. Il commence alors à épier ses voisins pour passer le temps. Il se prend petit à petit au jeu et en vient à soupçonner l’un de ses voisins d’avoir tué sa femme…


L'AUTEUR

Roger Soubie (1898-1984) est un affichiste français dont la carrière cinématographique se situe entre les années 1930 et 1960.
Auteur de plus de 2000 affiches de cinéma, il est l’un des affichistes français les plus prolifiques et les plus célèbres du début du XXème siècle. Il est notamment l'auteur des affiches de La Mort aux Trousses, Les Félins, Misfits, La Guerre des Mondes, Ben Hur, Planète Interdite, Un Américain à Paris, Boulevard du Crépuscule, Lolita …

Roger Soubie commence sa carrière d’affichiste en mettant son talent au service de la publicité et de la presse. Il travaille pour des compagnies de transports et de promotion touristique, ainsi que pour des magazines (La revue automobile Omnia, La Science et la Vie). Il développe son art du paysage et du portrait et maîtrise aussi bien le mouvement que les couleurs. Cette diversité de talents l’amène à exceller dans tous les genres filmographiques. Il commence à travailler pour le cinéma dans les années 1930. Il travaille essentiellement pour les grandes maisons de production américaines (Universal, Paramount, MGM, Fox…) qui apprécient beaucoup ses œuvres.
Après la guerre, il s’installe en Normandie. On raconte qu’il peignait debout et qu’il mélangeait ses couleurs dans des coquilles Saint-Jacques.